S'INSCRIRE

Boulettes de quatre bonheurs 四喜丸子 sìxǐ wánzi

Les recettes de ma famille se sont transmises à l'oral de génération en génération, jamais par écrit, ce qui est un vrai danger de les perdre un jour et je trouverais cela vraiment dommage. Ainsi un séjour à Pékin est aussi pour moi une occasion de cuisiner de nouveau avec ma mère, et me replonger dans ces recettes familiales.
Ces boulettes sont une spécialité de la génération de ma grand-mère, un plat pour les fêtes ou de grandes occasions.
Quant aux quatre bonheurs, on parle de 4 grands bonheurs d'une vie humaine, écrit par le poète 汪洙 WANG Zhu de la dynastie Song du nord (960-1127) :
久旱逢甘雨, la pluie après une grande sécheresse, 
他乡遇故知, rencontrer un vieil ami dans un pays étranger, 
洞房花烛夜, la nuit de noce de mariage
金榜题名时. le fait de réussir son concours pour les études supérieures. 
Pour 16 boulettes (pour 7 à 8 personnes)
600 g de filet mignon de porc
600 g de poitrine de porc
20 g gingembre
3 c. à soupe d’alcool de riz chinois (sinon vodka ou saké)
1 c. à café de sel
2 c. à soupe rase de fécule de maïs
L’huile de friture

Pour la garniture
3 ciboules
10 g de gingembre
1 c. à soupe de sauce soja noire
3 c. à soupe de sauce soja claire
3 c. à soupe de vin de shaoxing
2 à 3 c. à soupe de sucre en poudre ou de sucre candi
1 c. à café rase de sel
2 litres d’eau chaude
* Faites attention quand vous choisissez les champignons noirs en France, il faut prendre ceux qui sont noirs des deux côtés, s'ils sont d'un côté noir et gris-blanchâtre de l'autre, c'est qu'ils sont de mauvaise qualité.

Préparation

Préparez les boulettes frites. Enlevez la couenne de poitrine de porc, enlevez les nerfs. Coupez le filet mignon et la poitrine de porc en petits morceaux de 2 cm cube. Hachez les morceaux grossièrement.

Hachez finement le gingembre non pelé, mélangez avec la viande, salez et incorporez l’alcool de riz et la fécule, mélangez de nouveau. Formez cette préparation en grosses boulettes, de la taille d’un œuf moyen.
Chauffez l’huile de friture jusqu'à 160°c, mettez les boulettes au fur et à mesure sans les bouger au départ, dès qu’elles sont légèrement dorées, égouttez les et mettez les de côté.
Ces boulettes frites peuvent être préparées la veille et conservées au frais.
Préparez la garniture. Faites tremper séparément les champignons noirs et les fleurs de lys dans l’eau chaude à 70°c pendant 30 minutes.
Rincez les fleurs de lys et les champignons noirs, coupez les fleurs de lys en deux. Coupez les ciboules en grands tronçons de 5 cm de long. Taillez le gingembre non pelé en fines tranches de 1 mm d’épaisseur. 
Mettez 2 c. à soupe d’huile végétale dans une cocotte, faites revenir le gingembre à feu moyen pendant 1 minute, ajoutez les ciboules et continuez la cuisson pendant 1 minute. Mettez les fleurs de lys, faites sauter pendant 1 minute, ajoutez ensuite les champignons, poursuivez la cuisson pendant 1 à 2 minutes. Salez avec les 2 sauces soja, ajoutez le sucre, versez le vin de shaoxing, faites cuire le tout en remuant pendant 2  minutes. 
Versez 2 litres d’eau chaude dans la cocotte, ajoutez les boulettes et portez le tout à ébullition, baissez le feu et laissez mijoter le tout avec un couvercle pendant 2 heures au minimum. Ajoutez du sel 30 minutes avant la fin de cuisson, mélangez.
L’idéal est de ne pas déguster tout de suite mais de laisser la préparation pendant 4 à 5 heures ou une nuit pour que les saveurs diffusent bien. Je vous recommande de déguster ce plat avec du pain vapeur chinois (mantou), ou bien d'autres pains qui absorbent bien le jus de cuisson !

34 commentaires:

  1. encore un petit régal chez toi, que du bonheur, bisous Margot

    RépondreSupprimer
  2. Jolie histoire et recette très appétissante, comme toujours !

    RépondreSupprimer
  3. C'est LE bonheur tout court là... ;-) merci. Bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. Merci Margot, ton site est un trésor pour les cuisiniers amateurs amoureux de la gastronomie chinoise !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, je suis vraiment heureuse que mon blog puisse te plaire ! Bonne journée !

      Supprimer
  5. rien que le nom du plat incite à la dégustation, merci pour ce joli partage!!!! gros bisous ma belle

    RépondreSupprimer
  6. Une pure régalade encore ça, merci pour le partage et doux retour en France après le périple en Chine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Chloé pour ton message ! A bientôt !

      Supprimer
  7. Bonjour j'ai une question : quand vous dites de laisser infuser après la cuisson, il faut laisser mariner à tout petit feu (comme par exemple un boeuf bourguignon) ou bien hors du feu puis réchauffer le plat ? Merci d'avance pour cette précision !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, c'est hors du feu, puis on réchauffe le plat. Bonne journée !

      Supprimer
  8. Ta recette est extrêmement originale, délicate et appétissante, ça donne bien envie, j'adore :)

    RépondreSupprimer
  9. ça sans surprise ça me plait beaucoup!

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour Margot.. C'est un réel plaisir que de trouver en ligne des recettes aussi sympathiques et aussi agréables à déguster. Concernant les boulettes,en étant un peu patient en effet les "arômes" se diffusent subtils et délicats.. J'avais à ma table un ami de la province du Zhejiang,(Wenzhou),qui est très ciblé sur la cuisine de sa région, qui a apprécié ce plat..! merci milles fois merci, c'est une chance que d'avoir des recettes authentiques.. Bonne continuation à vous

    RépondreSupprimer
  11. J'adore les recettes familiales, car plus que les autres, elles ont leurs histoires !
    merci pour ce partage !

    RépondreSupprimer
  12. Chère Margot, je me permets un petit retour sur expérience...

    Alors d'abord, c'est vraiment très bon. Chez nous on est de grands amateurs de boulettes de toutes sortes et celles-ci sont aussi délicieuses qu'originales. Bref l'essai fut mieux que transformé, il fut parfaitement réussi, et très certainement ces boulettes chinoises vont rentrer au répertoire.

    Quelques remarques techniques, je sais que vous y êtes très attentive et c'est pourquoi je vous les donne. Ça va être un peu long, je m'en excuse par avance.

    1. J'ai pris du porc fermier (très bon, très ferme, pas vraiment onéreux, dans la magnifique halle de ma petite ville), des côtes et pas du filet, le filet c'est très cher (j'ai utilisé uniquement la noix de la côte, le reste n'a pas été jeté mais servira pour améliorer un ragoût de légumes) et aussi du lard bien gras, bref du vrai cochon. Mais vos proportions sont énormes : on devait être deux et j'avais donc divisé celles de votre recette par trois, obtenant ainsi huit grosses boulettes. Finalement on était trois convives, et chacun n'en a mangé que deux, donc si je compte bien il m'en reste deux qu'on n'a pas mangé hier soir (elles feront d'ailleurs mon déjeuner).

    2. J'ai mis un tiers d'eau en moins que prévu, sinon ça aurait été de la soupe. mais j'ai rajouté un peu d'eau avant de faire réchauffer le plat.

    3. je n'avais pas de fécule, d'aucune sorte : je l'ai remplacée par un peu de farine, ça allait très bien. Et pour obtenir des boulettes qui se tiennent mieux et qui soient un peu croquantes, j'ai rajouté un quart de cuillère de bicarbonate de soude, vieille astuce roumaine (avez-vous déjà goûté aux mititei ?), j'aurais même pu en mettre un peu plus pour obtenir un meilleur croquant et plus cohésion de la chair des boulettes.

    4. Dans les boulettes, j'ai mis, en plus du gingembre, de l'ail haché et du coriandre frais haché, tout le monde a apprécié. je navais aucun d'alcool sous la main alors j'ai mis de l'eau, certainement plus que vous n'en indiquez parce que la pâte était un peu sèche et que je ne voulais pas qu'elle se défasse dans la friteuse. Avant la cuisson, je l'ai laissée reposer une heure au frgo.

    5. Accompagnement : je suis un piètre boulanger, adieu les brioches vapeur ! mais votre succulent navet sauté, plus du riz blanc, ont parfaitement fait l'affaire.

    6. Le lys séché c'est très bon, mais que diriez-vous d'y rajouter du bambou séché, moitié lys moitié bambou par exemple, qui donnerait à la préparation un goût un peu acidulé et un peu fumé ?

    7. Rajouter à pleines poignées du vert de ciboule sur les boulettes, et de la coriandre fraiche sur les navets, a été fort apprécié par mes deux convives.


    Mais pour en terminer (à nouveau, pardonnez-moi la longueur de cette note explicative) : les boulettes des quatre bonheurs, c'est vraiment du bonheur, et même du bonheur multiplié par quatre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci vraiment Armand pour votre message ! Votre version m'a l'air pas mal du tout, mais la raison pour laquelle ce plat reste très cher pour moi, c'est justement parce qu'il est fait de cette façon par ma mère, c'est ce goût que j'avais gardé depuis mon enfance, pour moi, je veux absolument rien changer, mais nous n'avons pas le même background, je vous comprends très bien. Concernant la viande, la viande en Chine contient toujours plus d'eau, vous avez raison d'en ajouter un peu plus.
      Merci encore, bonne journée !

      Supprimer
  13. Tu as bien raison de faire perdurer la tradition ! Ca a l'air excellent !

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,

    Je viens tout juste de réaliser votre recette et j'ai quelques questions purement technique :

    - Concernant le fait de hacher grossièrement la viande, que voulez vous dire par là ? Moi je la hache au mixeur donc je n'ai pas beaucoup de contrôle la dessus.

    - Les trois cuillères de sucre de la liste d'ingrédient ne sont jamais mentionnées dans la recette elle-même.

    - Pour l'accompagnement, quand vous dites de couper le gingembre en tranches fines, on ne les coupent pas en julienne ?

    - Et pour finir, vin de riz chinois, j'ai pris du Mirin, ça marche où vous avez mieux ?

    Sinon, votre recette donne très envie et je vais surement la faire pour mes amis !

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre message.
      Je veux dire "hacher grossièrement" hacher la viande au couteau, surtout pas avec le mixeur eletrique, ça mixe trop !
      Le sucre doit être mis en même temps avec la sauce soja.
      Le vin de Shaoxing n'a rien à voir avec le Mirin, il faut le vin de Shaoxing, sinon, vous mettez vin Xérès.
      J'espère que cela peut vous aider.
      Cordialement

      Supprimer
    2. Pardon je voulais dire pour l'alcool de riz chinois j'ai pris du mirin. Sinon oui j'ai mis du vin de Shaoxing. J'ai beaucoup aimé cette recette, les boulettes sont top !

      Supprimer
    3. Est ce que je dois comprendre que pour vous "alcool de riz chinois" = "vin de Shaoxing" ? Je pose la question car vous utilisez les deux expressions. Cordialement.

      Supprimer
    4. Bonjour, non ce n'est pas la même chose. Alcool de riz chinois est comme le vodka, voire plus fort, et le vin de shaoxing (ce n'est pas un vin à base de raisins) est un alcool de riz gluant doux vers 17°. J'espère que cela peut vous aider. Bonne soirée.

      Supprimer
  15. Bonjour Margot,
    Je te remercie pour ton post sur FB ! J'aime bien cette recette mais le problème sont les lys séchés. Je ne suis pas sûre de les trouver sur Lyon. J'ai donc regardé sur le net et j'ai trouvé ceci http://www.herbesdechine.com/fr/produits/article.php?id=FB2004
    Pourrais tu me confirmer qu'il s'agit bien du même produit ?
    Merci
    Titi Gros minet sur Facebook

    RépondreSupprimer
  16. Merci encore une fois pour cette délicieuse recette !! Tu ravis nos papilles et ça nous fait du bien jusque dans notre âme !!! Continues comme ça je ne m'en lasse pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhoo merci Cristyne, cela me touche beaucoup ! Oui je continue mon blog et mes recettes. Bonne soirée !

      Supprimer
  17. Bonjour,
    Je suis en train de réaliser votre recette...pour le nouvel an chinois !!! Ca sent très bon dans ma maison. Juste une chose, je ne vois pas le sucre dans la recette ??? ou alors je ne vois pas bien. En tout les cas merci beaucoup de nous faire découvrir cette cuisine Véronique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre commentaire. Désolée pour l'oubli, vous mettez le sucre en même temps avec les deux sauces soja. J'espère qu'elle va vous plaire ! Bonne année du coq !

      Supprimer
  18. Chère Margot, d'abord je dois vous souhaiter, un peu en retard certes, doublement une très heureuse année et surtout un très beau séjour et une belle vie dans ce magnifique pays qu'est le Chili.

    Ensuite je me permets d'intervenir à nouveau, pour vous raconter que je me suis très étroitement inspiré du fond de braisage de vos boulettes pour cuisiner le rôti de chevreuil de notre repas de Noël (en forçant pas mal les doses de vin et de sauce de soja), et que c'était parfaitement délicieux (meilleur que le péché, a dit un invité !), évidemment très différent des braisages traditionnels au vin, mais d'une originalité qui a enchanté tout le monde - d'autant que le magnifique châteaunef-du-pape rouge qui accompagnait le plat s'est révélé tout à fait adapté et que l'accord était succulent, je le mentionne car vous cherchez souvent le meilleur accord de vos plats avec des vins français.

    À recommander donc, sans la moindre hésitation, peut-être même avec des viandes plus fortes en goût que le chevreuil comme du lièvre ou du sanglier.

    Et donc merci pour cette inspiration qui vous doit tant : sans vous, notre repas de Noël aurait été moins réussi.

    Et à part ça, vos boulettes des quatre bonheurs sont rentrés dans ce que j’appelle « mon répertoire » : c'est la quatrième fois que j'en fais, c'est devenu une sorte de classique pour moi dont j'adapte lentement la recette à mes goûts et à ceux de ma compagne. Forcément ça s'écarte un peu de votre recette, mais ainsi va la vie en cuisine : c'est une perpétuelle évolution, une nouvelle création qui surgit à chaque fois qu'on s'empare de ce qu'on aime et qu'on le fait un peu sien.

    Et donc, merci encore pour toutes vos recettes, et notamment pour celle-là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Armand, merci beaucoup pour votre message, vos mots me touchent beaucoup. Je suis heureuse que cette recette puisse vous plaire et surtout vous donne l'inspiration.
      Si vous la refaites, j'aimerais bien une photo de votre plat ! Merci. Bonne soirée.

      Supprimer
  19. Margot, je n'y manquerai pas, c'est promis, d'autant qu'il me reste de la viande hachée que j'ai mise au congélateur : c'est la certitude d'avoir d'autres boulettes des quatre bonheurs (bien mal nommées d'ailleurs, puisque c'est du bonheur puissance quatre dont il s'agit !) d'ici à quelques mois.

    RépondreSupprimer