Petit panier aux épinards chinois 菠菜篓 bócài lǒu

Une recette de la cuisine de Pékin un peu oubliée de nos jours, même en Chine !
En voyant la photo, vous me direz peut-être : "Mais, c'est un baozi quoi !" C'est vrai que l'apparence ressemble beaucoup à celle de baozi, mais la pâte n'est pas une pâte poussée (fermentée) comme celle du baozi, et la grosse différence est que sa pâte est vraiment très fine, tellement fine qu'on voit la farce à travers.
D'où le nom qui diffère et comme en Chine on adore les métaphores on a choisi "petits paniers" suivi du principal ingrédient de la farce.

Blogger Tricks

Travers de porc hongshao (le braisage rouge) 红烧排骨 hóngshāo páigǔ

En Chine, quand on fait cuire doucement de la viande dans un bouillon, il y a la version sans sauce de soja ou avec sauce de soja, elles s'appellent respectivement le braisage blanc et le braisage rouge.
Le braisage rouge est beaucoup plus populaire que le braisage blanc.
Ce genre de braisage consiste à faire cuire de la viande pendant longtemps, puis réduire le bouillon jusqu'à sa quasi disparition pour avoir une sauce vraiment épaisse, sirupeuse et concentrée qui enrobe tous les morceaux de viande.
Le fameux hongshao rou (porc caramélisé) est un grand classique du mode de braisage rouge.

Gingembre confit au kumquat

Voici une recette de gingembre confit, mais pas comme celui commercialisé dans les magasins chinois, dont le goût n'est pas assez corsé et un peu trop sucré pour moi.
Le kumquat confit est un classique à la maison, j'en fais régulièrement (recette ici), mais l'associer avec le gingembre est une première pour moi.

Lait de soja (jus de soja) maison 豆浆 dòujiāng

Le lait de soja, en France tout le monde me dit qu'il est fade. Ce n'est pas faut, celui qu'on trouve dans les commerces en France est effectivement fade. Mais le vrai lait de soja n'est pas fade ! Malheureusement, on n'en trouve pas en France, le seul moyen est donc d'en faire soi-même.

Je trouve que le nom "lait de soja" est une traduction pas très fidèle : en chinois c'est "dòujiāng" qui veut dire "jus épais de fève de soja".
C'est vrai, la couleur de cette boisson fait penser à un produit laitier, mais c'est bien un produit 100% végétal.

Comment avoir un dòujiāng qui a du goût ? C'est simple, d'abord, il faut avoir des fèves de soja de bonne qualité, puis on consomme toujours le jus du soja frais qui vient d'être fait, cela peut se conserver pendant 4 jours maximum.

Un dòujiāng avec des fèves qui viennent d'être moulues et cuites, ça n'a rien à voir avec celui qu'on achète en brique ou en bouteille au magasin !

Clay pot rice 煲仔饭 bou zai faan

Voici un plat cantonais traditionnel, très complet, peu de préparation pour un résultat savoureux.
La particularité de ce plat est le récipient utilisé pour la cuisson : le shaguo (pot en argile).

Boeuf mijoté avec pomme de terre 土豆炖牛肉 tǔdòu dùn niúròu

Un plat populaire mijoté à la mode du Nord de la Chine, les plats mijotés à base de viande ont à peu près tous le même principe : on fait dorer la viande, on assaisonne, on ajoute de l'eau chaude puis on laisse cuire doucement, et à la fin, on augmente le feu pour réduire la sauce.
Après les épices, les condiments et les légumes qui accompagnement changent selon les différentes régions en Chine.


Coques aux œufs à la vapeur 花蛤炖蛋 huāhǎ dùndàn

Voici une recette de la cuisine du Canton, douce, onctueuse et goûteuse, celle-ci est encore plus goûteuse que celle (lien ICI) que je viens de publier. Cette dernière a eu beaucoup de succès, certains de mes lecteurs ont testé tout de suite après ma publication, parce que c'est une recette qui ne demande pas d'ingrédients spécifiques mais tout en restant chinoise !
Vous pouvez aussi utiliser des palourdes ou crevettes précuites à la place de coque pour cette recette.